• Des passionnés au service
    de vos vacances
  • Espace PRO
  • Passez votre souris sur la carte et cliquez sur la zone

    La première guerre de Vendée

    Saint Florent le Vieil

    La première guerre de Vendée-Saint Florent le Vieil

    C'est autour de Saint Florent le Vieil que se joua l'un des épisodes décisifs de la première guerre de Vendée en 1793.

    Si depuis 1790, les populations de Vendée, du maine et Loire et de la Loire Atlantique n'ont guère apprècié la constitution civile du Clergé, il n'y a pas eu, jusque là de révolte ouverte. Mais en février 1793, la Convention décide la levée d'une armée de 300 000 conscrits, choisis parmi les hommes célibataires et les veufs de 18 à 40 ans. De plus, elle ordonna, le 19 mars, l'exécution dans les 24 heures de ceux qui s'y opposent. Cette décision a pour effet de provoquer un soulèvement populaire spontané dont les conséquences vont s'avérer tragiques.

    Le 11 mars, les membres de l'Administration républicaine, réunis à la mairie de Varades pour établir la liste des conscrits, sont assaillis par des jeunes armés de bâtons. Le lendemain, c'est à Saint Florent le Vieil que les 2000 conscrits, rassemblés sur l'esplanade, se révoltent et chassant les recruteurs. C'est le début de l'insurection. Les jours suivants seront suvis de pillages et du rasseblement des insurgés au son du tocsin. On retrouve à leurs côtés des mineurs en provenance des mines de charbon situées au nord de Montrelais qui employaient en 1790, 800 personnes. Les pêcheurs du village de la Meilleraie se joindront au mouvement qui raliera également des nobles, et notamment le marquis Charles Artus de Bonchamps. Cet ancien capitaine de grenadiers va organiser les insurgés en troupe armées.

    Partis rejoindre les autres forces insurgées de Cathelineau, d'Elbée, Stofflet, charrette, La Rochejacquelein, ils avancent victorieux jusqu'à l'échec devant nantes en juin. L'Armée républicaine sous le commandement de Kléber, les écrase à Cholet le 17 octobre et alors s'amorce le repli vers Saint Florent le Vieil.

    Les généraux tentent en vain, de raisonner les 80 000 combattants, femmes, enfants, vieillards qui constitue l'armée insurgée. Mais, pris de panique, ceux-ci décident de franchir la Loire. Pendant quatre jours, une vingtaine de bateaux de Saint Florent le Vieil les font traverser.

    Bonchamps, blessé mortellement à Cholet, demande aux insurgés d'accorder la grâce aux 5 000 prisonniers républicains enfermés dans l'église de Saint Florent le Vieil, souhait qui sera exaucé. Il meurt le lendemain  dans une maison de pêcheur de la Meilleraie. Le sculpteur David d'Angers, fils d'un des prisonniers républicains, lui rendra hommage en 1825 en réalisant une oeuvre représentant le jeune héros mourant tendant la main pour réclamer cette grâce.  La statue est exposée à l'abbaye de Saint Florent le Vieil.

    La traversée de la loire à Saint Florent le Vieil marque le début de la sinistre virée de Galerne qui aboutira au massacre de Savenay en décembre. La magnanimité de Bonchamps ne fut pas réciproque pusique quelque 2 000 insurgés furent enmmenés, encordés, jusqu'au bois de marillais et fusillés les 23 et 24 décembre, actellement Champs de martyrs. Les églises de Notre Dame du Marillais ainsi que celle de Saint Florent le Vieil commémorent ce douloureux passé retracé sur leurs vitraux.

    Le tombeau de Cathelineau à Saint Florent le Vieil se situe dans la chapelle Saint Charles, datant du 19ème siècle qui se trouve à proximité du lieu où l'illustre chef vendéen mourut de ses blessures.

    Article proposé par Gite Sud Vendée à l'HERMENAULT

    Jean-Pierre Deligné

     

    Vos loisirs préférés et toute l'année !!!
     

     

     

    Vacances vendée

     


     

     

    Découvrez  la vendée

     

     


     

     

    gîtes et de chambres d'hôtes en vendée

     

     
    création site Internet Rennes